Charles Larocque

Charles Larocque, père de Louis-Isaac était député de Vaudreuil au parlement de la colonie du Bas-Canada de 1833 à 1838. Il fut inhumé à l'église Bleue, aujourd'hui St-Raphaël, près de Lancaster en Ontario le 10 novembre 1849. L'auteur de Histoire de Huntingdon, Châteauguay et Beauharnois, Robert Sellar a écrit quelques lignes à son sujet. En 1834, la première bâtisse de St-Louis-de-Gonzague fut construite, village que l'on nommait alors Rocqueville. C'était un petit magasin, propriété de Charles Larocque. Sa mère était écossaise et il démontrait les meilleures qualités des deux races. De retour des Pays d'en Haut, il avait décidé de se lancer en affaires et dans la construction. Totalement illettré, il avait recourt à sa mémoire prodigieuse pour noter ses transactions et se rappelait même des détails les plus insignifiants. Il mit son neveu Isidore Larocque en charge du magasin de St-Louis-de-Gonzague. Plus tard, Isidore devint le tenancier de la première taverne de Valleyfield. Charles Larocque s'associe avec un voisin M. Symons pour construire une scierie. Cette entreprise insuffla une certaine croissance pour Rocqueville. En 1846, Charles Larocque fournit le verre, les clous et les bardeaux pour la première église du village. Un des fils de Charles Larocque, Darcino, laissa son nom à une des rues principales de Valleyfield ; le Chemin Larocque. Lire aussi un document d'archive préparé la demande de M. Francis J. Audet travaillant aux Archives Publiques du Canada

L'historien Robert Sellar écrit quelques lignes concernant Charles Larocque. Il est considéré comme le fondateur de St-Louis de Gonzague village qu'on avait nommé Rocqueville à ses tous débuts. Sellar écrit 

« Les Canadiens-Français allèrent coloniser les terres à de l'ouest du lac St-Louis et St- en direction de Beauharnois. Ce fut que vers 1834 que la première maison du présent village de St-Louis-de-Gonzague fut construite. Le premier bâtiment était un petit magasin érigé sur le coin sud-ouest de la 4ème concession, propriété de M. Charles Larocque qui a mon avis était à plusieurs égards un des hommes les plus remarquables que la province (de Québec) ait jamais vue. Sa mère était une Écossaise des Highlands, et il avait rassemblé les meilleurs qualités des deux races. Après avoir passé quelques années dans le Nord-Ouest, il retourna dans sa province natale et se lançât en affaire. Il ouvrit des magasins dans diverses localités et continua dans le commerce du bois d'oeuvre ainsi que la construction. Complètement illettré, il avait recourt à une mémoire prodigieuse pour se souvenir des contrats passés. Cette mémoire ne lui faisait jamais défaut même pour des détails insignifiants. Il installa son neveu Isidore Larocque en charge du magasin de St-Louis qui devint par la suite le tenancier de la première taverne de Valleyfield. Lorsqu'en 1835 Gilbert Cook et ses frères, originaires de Cantyre prirent possession d'un terrain, Larocque (Charles) était le seul habitant de St-Louis (de Gonzague).

Monsieur Symons trouvant Charles Larocque, son voisin d'à côté plutôt sympathique lui proposât de se joindre à lui et devinrent partenaire en affaire. Il laissa sa ferme et élue domicile à St-Louis-de-Gonzague vers 1841, village qui à l'époque ne comptait que deux ou trois maisons.

L'ouverture d'un moulin à scie par Mr. Symons et Larocque en partenariat eurent pour effet de stimuler l'arrivée de travailleurs Canadien-Français qui s'établirent dans le village que l'on nomma alors Rocqueville.

Dans le but d'attirer des gens au village, Larocque donna le verre, les clous et les bardeaux de la première église construite vers 1846. Un temple de bois fut érigé et un premier prêtre, le Père Says, devint le curé de cette paroisse. .  

Hist. of Huntingdon, Châteauguay and Beauharnois. Robert Sellar

Un descendant de Philibert Couillaud dit Roquebrune