Écoles de rang et croix de chemin

Voir les artéfacts

Ancienne croix Rang du 6 bas

Québec francophone et catholique

 

Le Québec francophone était très indissociable de la religion catholique dont la croix est un symbole très fort. Les croix de chemin, alors en bois, étaient presque toujours situées devant les écoles. C'est pourquoi  ces deux sujets sont  associés dans le même thème. L'éducation qui s'y donne est aussi imprégné de la religion catholique. Le Petit catéchisme  y tient une place importante.
​Institutrice: Jeannette Poirier

 

Jeannette Brunet institutrice

Faire avec peu

La volonté de donner une instruction publique ne s'est implantée que peu à peu. Plusieurs ne voulaient pas payer pour ce service, ne le jugeant pas nécessaire pour le travail de la ferme.
C'est donc avec des moyens de fortune que les premières écoles ont commencé à offrir l'instruction avec des maîtresses d'école très peu rémunérées.(400$ par année dans les années 30: salaire incluant l'obligation de chauffer l'école au bois).
Cependant, l'institutrice occupait un rang social élevé dans la communauté.

​Institutrice: Jeannette Poirier

Élèves école rang du 30, /Françine Maheu/S.Gauthier

Peu d'élèves au début

 

Les moyens de transport étaient rudimentaires et les distances entre les fermes sont grandes. Ainsi, il fallait que l'école ne soit pas trop éloignée des habitations, entraînant de ce fait des écoles plus petites et distribuées le long des rangs. Certains rangs n'avaient qu'une école, d'autres en avaient deux pour répondre aux besoins des familles nombreuses. Il y avait aussi quelques écoles anglophones.
La fréquentation n'était pas obligatoire avant les années 40.Le fait que les enfants devaient aider aux travaux saisonniers de la ferme et de la maison nuisait à l'assiduité.

École rang du 6 en haut, CD-S Gauthier/Jeannette Poirier

Une tournée des écoles

ÉCOLE # 3, rang du 6 en haut
270, route 236
D'hier (photo à gauche) à aujourd'hui (photo à droite en 2015)
Le plancher de bois franc dans la chambre de l'institutrice est l'original ainsi que le plancher de tuile dans la classe.
La brique a été peinte.

Cette école fut la dernière à fermer ses portes dans la municipalité.

Rang du 6 en haut

Institutrice Jeannette Poirier

École rang du 5 en haut /Aline Maheu

Une tournée des écoles

ÉCOLE # 6, rang du 5 en haut vers 1914

Institutrice : Jeanne Montcalm

Video: Les soeurs Trépanier en marche vers l'école.

Pour visionner la video, appuyer sur la flèche au milieu de l'image à gauche.

École rang du 5 en haut / Aline Maheu

Une tournée des écoles

ÉCOLE #6, rang du 5 en haut, vers 1920.
Chaque école relève du commissaire résident dans le rang. Ce dernier gère tout: l'embauche de l'institutrice, la perception et la gestion des taxes, l'évaluation des élèves. La façon de faire peut varier d'une école à l'autre.
​En 1920, l'institutrice est Lucienne Laberge. 

 

 

 

246 rang du 5/ Rita Pinsonneau/S.Gauthier

Une tournée des écoles

ÉCOLE #, 246 rang du 5 en haut.
Vers 1949 et en 2015

Rang du 5 en haut

1949 institutrice Rita Pinsonneau

157 rang du 5/ Aline Maheu et en 2015

Une tournée des écoles

ÉCOLE # 5,  rang du 5 en bas
Hier (vers 1949) et aujourd'hui (2015)
Yvette Maheu  a été une des institutrices.

Remise de prix rang du 30 / Françine Maheu/S.Gauthier

Une tournée des écoles

ÉCOLE # , 2 rang du 30. Il y a une seule école française au rang du 30.
Il y a aussi une école anglaise au sud du rang.
Photo: remise des prix de fin d'année.

Élèves école rang du 30 / Françine Maheu/S.Gauthier

Une tournée des écoles

ÉCOLE  démolie en 1978, près de 15 rang du 30

Rang du 30 Francine Maheu

Classe Rang du 30 1948

Institutrice: Noella Riendeau

Arrière: Thaddée Vinet, Paul-Émile Lebœuf, Gilles Lebœuf, Lucien Maheu

2e: Lucie Maheu, Huguette Lebœuf, Réal Lebœuf,

1e: Estelle Lebœuf,  Thérèse Maheu, Normand Lavigne, Denis Vinet

Élèves 1955-56, rang du 40 / S.Gauthier cahier

Une tournée des écoles

ÉCOLE # , Classe du rang du 40 en 1955-56, 20 rang du 40
Institutrice: Thérèse Amesse

​Cette école a été acheté par Armand Brière et transportée en arrière de sa maison au village. Elle y est encore en 2015.

Il y avait une école anglophone au sud du rang, près de Allens Corner.

22 route 236/ S.Gauthier

Une tournée des écoles

ÉCOLE #, 22 rang du 6 en bas en 1980  et 2015
La rivière Saint-Louis passe juste en arrière de l'école.

Certains élèves traversaient la rivière en chaloupe ou sur la glace pour se rendre à l'école.

Lettre M. Amesse institutrice R6bas / Madeleine Amesse/R.Lemieux

Expérience d'une institutrice

Madeleine Amesse raconte son expérience d'institutrice à l'école du rang du 6 en bas, de 1954 à 1956

livre d'écriture et cathéchisme / SHSLG

Qu'est-ce qu'on y enseigne?

Dans les écoles francophones et catholiques, le catéchisme sont  de première importance à cette époque. L'accent est mis sur la mémorisation.
Aussi, très important est la lecture, l'écriture et le calcul.

Livre d'anglais d'école primaire / SHSLG

Qu'est-ce qu'on y enseigne?

Parmi les autres matières, il y a  la géographie et l'anglais à partir de la 4e année.

Bulletin scolaire / Françine Maheu/S.Gauthier

Le bulletin scolaire

Le bulletin émis chaque mois permettait un bon suivi de l'élève. Il y avait une partie pour les résutats scolaires et une autre partie pour le comportement. Il devait être signé par les parents qui se faisait un devoir d'en discuter avec leur enfant. Et il y avait un classement par rapport aux autres élèves et un graphique d'évolution.
Il n'y avait pas de classe spéciale. Tous les éléves étaient intégrés dans les mêmes groupes.

Souvent, les plus vieux aidaient les plus jeunes, pendant que l'institutrice s'occupait de certains autres élèves.

Plume et accessoires, SHSLG

L'encre, quel supplice!!

Il fallait écrire avec ces petites plumes de métal que l'on trempait dans l'encre noire.
Souvent, une goutte s'en échappait et gâchait l'oeuvre, ou bien la plume perforait le papier. Heureusement, on avait toujours à portée de main un buvard pour absorber les dégats. On prétendait que çà nous apprenait à avoir une plus belle écriture.
Une petite plume droite se vendait 1 sou et pour quelques sous, on faisait remplir son encrier.
C'est un frère qui tenait le magasin de classique et vendait ces articles, autant aux élèves du collège que du couvent et des écoles de rang.
Au début, vers 1910, il n'y avait pas de papier. Chacun avait sa petite ardoise.

Croix de chemin

Croix de chemin nouvelles en béton

La Société Saint-Jean-Baptiste a pris l'initiative de remplacer les croix de bois vieillies ou disparues. Ces nouvelles croix sont en béton. Elles ont été fabriquées par Albert Marchand de Montréal et installées par Gérard Daoust.

Certaines existent encore en 2015.
Culte presbytérien route 236 ouest, 15  rang du 30, école O.Séguin rue St-Thomas, 22 route 236 est.

Parade de la Saint-Jean, célébration rang ..

La croix, une identité

Depuis plus de quatre siècles, depuis le geste de Jacques-Cartier, notre peuple a dans son cœur la dévotion à la croix. Les générations suivantes, jusqu'à nos jours, ont conservé cette tradition.
Chaque année, au mois de mai, une tournée des croix est organisée dans notre paroisse. Et cela se fait encore en 2015.
Comme chaque école avait sa croix, une tournée des croix était aussi une tournée des écoles.

Classe Rang du 30/Noella Riendeau

Classe Rang du 30, 23 juin 1949

Située au #13 rang du 30.

Institutrice: Noella Riendeau

Arrière: Huguette Lebœuf, Paul-Émile Lebœuf, Lucien Maheu

2e: Lucie Maheu,  Denis Vinet, Réal Lebœuf, Gilles L., Thaddée Vinet

Th. Maheu, N. Lavigne, Estelle Lebœuf

Classe Rang du 30/Noella Riendeau

Classe Rang du 30 1951

Située au #13 rang du 30.

Institutrice: Noella Riendeau

Arrière: Lucie Maheu, Huguette Lebœuf, Thérèse Maheu, Denise Trépanier ?

Estelle Lebœuf, Marie-Paule Laurine, Denis Vinet, Réal Leboeuf

Thaddée Vinet, Yvan Laurin, Robert Trépanier

soeurs Trépanier vers école

SOEURS TRÉPANIER

Élèves de l'école du rang du 5 en haut

Filmé par Sylvie Gauthier vers 2013 en marche vers l'école.

(appuyez sur la flèche au milieu de l'image pour démarrer la vidéo)

CONTRAT 1923

Contrat que devais signer une institutrice en 1923.

Çà nous serait inacceptable aujourd'hui

 

diplome institutrice/monique julien

DIPLOME D'ÉCOLE NORMALE POUR UNE INSTITUTRICE

Fabiola Leduc, mère de Réal Deschamps, époux de Monique Julien, soeur de Jules

élèves rang du 40

 

Classe R40

Bas-x Parent-x Parent-Rachel Payant-Angèle Parent

2e rang-Magella Leduc-x Parent-Henriette Payant-x Parent

3e rang-Gisèle Brault-x Parent-Gilles Gagné-x Parent-x Payant-x Parent- Robert Brault

Info de Rolland Lemieux CD